L’utilisation des cannabinoïdes en médecine douce

cannabinoïdes

Les cannabinoïdes constituent un groupe de substances chimiques sécrétées par le cannabis.  Ils permettent d’activer les récepteurs du système endocannabinoïdal chez l’être humain et interagir entre eux afin de produire des effets sur le cerveau et le système nerveux. La médecine traditionnelle avait compris cela depuis plusieurs années et l’utilisait pour se soigner. Connaissant son impact négatif sur son usage sans modération, les scientifiques ne l’ont considéré qu’après avoir effectué des études approfondies sur sa bonne utilisation. D’ailleurs, c’est pour cette raison même que les plantes de chanvres sont en cours d’être légalisées grâce à ses bienfaits en médecine douce. Mais comment utiliser correctement les cannabinoïdes ? Certes, il existe différents types de cannabinoïdes, l’utilisation dépend donc essentiellement de sa dose et de ses effets. 

Le tétrahydroccannabinol

Le Thc appelé aussi par son nom scientifique tétrahydroccannabinol constitue le premier cannabinoïde à être découvert dans le cannabis. Un chercheur israélien nommé Docteur Raphaël Mechoulam l’a isolé vers les années 1964 avec les expériences qu’il a effectuées. D’après les résultats obtenus, ce type de cannabinoïde se démarque pour ces principes psychoactifs. Avec le taux légal pour pouvoir se soigner en médecine douce, il agit sur quelques parties du cerveau chez les mammifères entraînant des effets de bien-être. Certes, en utilisant l’huile de chanvre à l’aide d’un vaporisateur ou une application bien indiquée par exemple, le Thc procure différents bienfaits. C’est un véritable neuro-protecteur, car il fournit une protection contre la dégénérescence cérébrale tout en stimulant la création des neurones jeunes. Il est aussi un antioxydant très efficace avec sa capacité de lutter contre les fibres responsables du vieillissement cellulaire. Mais en plus de cela, ces cannabinoïdes disposent également d’une particule antispasmodique réduisant les spasmes et convulsions.  

Le cannabidiol

Le deuxième cannabinoïde qui a été découvert après le Thc est le Cbd. Appelé aussi cannabidiol, il occupe aussi une place importante dans le cannabis. Il s’agit du type de cannabinoïdes qui ne présente pas jusqu’à nos jours des effets perturbateurs, psychotropes ou d’anxiété. Il n’apporte que des bienfaits pour l’être humain, que ce soit physique ou psychique. D’ailleurs, c’est pour cette raison même qu’il est le plus utilisé des cannabinoïdes en médecine douce. Les fleurs de cbd sont très connues pour ses effets relaxant et sédatif. Son utilisation apporte une relaxation aux muscles et contribue contre les insomnies. Afin de combattre contre le syndrome de Dravet, le Cbd est aussi très utilisé, car il lutte contre différents types d’épilepsies. Pour ceux qui sont atteints du cancer tel que le sein, le côlon, l’utérus ou la prostate, il est très recommandé d’utiliser les fleurs de Cbd, car elles peuvent limiter la propagation des cellules cancéreuses. Seulement, il ne faut pas oublier de bien suivre les instructions pour son usage et le dosage approprié pour chaque patient afin que les effets puissent être effectifs.

Le cannabinol

Le cannabinol ou cbn est un cannabinoïde présent à faible quantité dans le cannabis. Il provient essentiellement de l’oxydation du Thc et son développement se favorise quand celui-ci s’expose aux rayons UV et à l’oxygène. D’où, le Cbn est donc une dégradation du Thc. Le Cbn s’affaiblit encore plus et ne fait plus effet si vous exposez trop vos graines de cannabis à une température élevée. Conservez donc vos graines dans un endroit sec et frais. Cependant, tel que les autres cannabinoïdes, le Cbn dispose aussi bien des vertus thérapeutiques. Présentés souvent en gélules, c’est un vrai anti-inflammatoire et un antibactérien puisqu’il limite la propagation et la reproduction de certaines bactéries. Il est aussi une ostéogenèse très surprenante avec sa capacité de stimuler la croissance des os. Comme le Thc, le Cbn est également analgésique, il réduit la douleur trois fois plus que l’aspirine.  Antispasmodique comme le Cbn, ses effets restent limités sur la réduction des spasmes et des convulsions uniquement. Respectez toujours les doses prescrites par votre médecin pour son utilisation, des effets secondaires comme la lassitude et l’envie continuelle de dormir peuvent vous arriver dans le cas contraire.

Le cannabigerol

Après nombreuses années d’études et d’expériences sur les graines et plantes de chanvre, le Cbg ou cannabigerol est aussi un cannabinoïde présente dans celles-ci. Plus précisément, il s’agit d’une cellule souche du Thc et du CBd. Il fait partie des cannabinoïdes sans psychoactif et est présent dans de faibles taux dans le cannabis, soit inférieurs à un pour cent. Néanmoins, il a été prouvé qu’il domine le plus dans le chanvre pour textile. En utilisant des feuilles à rouler de cannabis ou des résines, les chercheurs ont trouvé que le Cbg agit potentiellement contre les bactéries de manière plus efficace que le Thc, le Cbd et le Cbn. Il agit également au niveau de la coagulation du sang en empêchant son agrégation et en réduisant les plaquettes. Le Cbg limite aussi la progression de certains cancers tel que le carcinome épidermoïde. Avec son effet à la fois relaxant et somnifère, il contribue largement dans la lutte contre l’insomnie et réduit la fatigue. Il faut toujours noter que le taux nécessaire pour pouvoir se soigner est contrôlé, mais son usage doit être bien dosé et prescrit par le médecin.  

 

Conseils pour choisir des compléments alimentaires bio
10 remèdes naturels contre les règles douloureuses